Quels services offrez-vous à vos clients ?

 Notre principale mission est la supervision des avoirs financiers, dans l’objectif d’en sécuriser la pérennité et le rendement. Notre analyse préalable permet d'identifier les éventuels risques fiscaux liés aux modes de détention. Après avoir défini les objectifs patrimoniaux de notre client desquels découle son allocation d’actifs, nous l’aidons à mettre en œuvre cette allocation. Nous consolidons les avoirs afin de fournir au client une vision agrégée de son portefeuille. Nous pouvons ainsi mesurer plus finement les facteurs de risques éventuels. Nous proposons aux clients notre regard d’expert indépendant sur des produits spécifiques qui lui sont proposés comme les produits structurés ou les solutions de couvertures.

Qu’entendez-vous par expertise « institutionnelle » ?

 Nous apportons notre expérience de la clientèle institutionnelle aux patrimoines privés. Dans le but d’en professionnaliser la supervision comme peut le faire un directeur financier de compagnie d’assurances ou de fonds de pension. Concrètement, cela passe par plusieurs phases dont 3 nous semblent primordiales :
  1. Une définition plus fine de l’appétence aux risques, à savoir déterminer avec quelle forme et quelle métrique de risque le client est-il confortable dans l’accomplissement de ces objectifs de rendement ?
  2. La phase de mise en œuvre des objectifs passe par une bonne séparation entre les banques dépositaires dont la mission est la garde des actifs financiers et les gestionnaires qui choisissent les titres du portefeuille. Ceci garantit une gestion optimale à un coût maîtrisé.
  3. Le suivi et la mesure des risques contrôlent l’alignement de ces risques avec l’appétence aux risques propre au client. C’est le rôle assigné au directeur des risques des banques ou compagnies d’assurances.

Etes-vous partenaire ou concurrent des banques privées et gestionnaires de fortunes?

Nous ne sommes certainement pas concurrents car nous n’avons pas la faculté ni le souhait de gérer les avoirs de nos clients en tant que tel. C’est-à-dire par exemple faire le choix d’acheter des actions de telle ou telle société ou encore de structurer des fonds d’investissements et d’en faire la promotion. Nous travaillons avec les gestionnaires à la mise en œuvre des objectifs patrimoniaux du client, chacun dans la mission qui lui est assignée. Notre rôle est celui d’un chef d’orchestre qui coordonne les prestataires afin de fournir une gestion optimale à nos clients.

L’appel à un Family Office est-il un coût supplémentaire ?

De manière directe oui, nos clients sont amené à payer une facture annuelle. Cependant, notre expérience montre que le simple fait d’être considéré comme un « institutionnel » auprès des banques et gestionnaires entraîne une première réduction du coût par un simple effet « volume ». Ensuite, notre délégation et nos propositions de rationaliser le portefeuille entraînent d’autres économies par un accès à des types d’investissement moins couteux pour le client. Notre volonté de réduire le nombre d’interlocuteur dans la chaine de valeur amène également des diminutions de frais. Au total, les frais du Family Office sont compensés par la réduction des frais financiers.

En quoi êtes-vous différents des autres Family Offices ?

 Nous sommes différents d’une catégorie de Family Office qui ne procède qu’à la consolidation des avoirs (globalisation dans un rapport périodique unique) et qui est plus proche d’un service de comptabilité centrale. Nous allons plus loin que cela car, d’une part, nous aidons le client à définir son allocation stratégique, à savoir la pondération allouée à chaque type d’actifs. D’autre part nous pilotons la délégation aux différentes banques ou gestionnaires qui mettent en œuvre cette allocation Nous nous différencions des Family Offices qui sont également gestionnaires, c’est-à-dire qui gèrent les actifs de leurs clients ou  leur vendent des parts de fonds d’investissement dans lesquels ils ont un intérêt. Nous souhaitons rester indépendants de tous gestionnaires, banques ou promoteurs de produits financiers afin de travailler dans l’unique intérêt de nos clients. Notre mode de rémunération est également différent de celui de certains de nos concurrents. Certains sont rémunérés en fonction de la performance des produits qu’ils suggèrent, entraînant parfois le client à prendre plus de risque que souhaité. Nous refusons également toute rétro commission (rétrocession d’honoraires par un gestionnaire, un fonds, une compagnie, etc.)

Comment savoir si un Family Office m’est utile ?

Vous avez un patrimoine dont la gestion est entièrement confiée à une seule banque,  dont les modes de détention sont optimisés, dont le rendement net vous satisfait et qui est protégé de toutes sources de risques, alors vous n’avez pas nécessairement besoin d’un Family Office. Vous souhaitez que votre patrimoine soit diversifié entre différentes banques dépositaires afin de réduire le risque lié à une faillite bancaire ? Vous souhaitez que le choix des titres de votre portefeuille soit effectué de manières différenciée afin d’éviter le risque d’erreur de gestion pouvant amener une perte importante d’avoirs ? Vous souhaitez que cette diversification soit coordonnée et vous offre une gestion agrégée en ligne avec votre appétence aux risques et vos objectifs de rendements ? Vous souhaitez articuler au mieux les différentes parties prenantes à savoir les banques dépositaires d’un côté, les sociétés de gestion de l’autre, permettant de maîtriser les coûts ? Vous souhaitez que cette mission d’articulation et de choix des bons interlocuteurs soit faite en partenariat avec un acteur indépendant de tout promoteur de produits financiers  et uniquement dans votre intérêt ? Alors un Family Office vous est nécessaire.
 

Quel est le profil de vos clients ?

La motivation commune de nos clients est de s’allouer les compétences d’un conseiller qui lui permettant de discerner la multitude d’informations données par ses banques et gestionnaires. Suite aux crises récentes, la confiance de nos clients envers ces prestataires s’est peu à peu étiolée. Certains clients actionnaires de sociétés familiales belges ou étrangères nous confient la supervision des avoirs en dehors de la société familiale. C’est pour eux un élément fort de diversification pour lequel ils souhaitent mettre l’accent sur la gestion des risques. Nous avons également la chance d’avoir des clients « jeunes pousses ». Il s’agit souvent de personnes entre 25 et 40 ans dont les parents ont des avoirs importants. Le relais leur sera passé un jour. Nous faisons avec eux un travail très pédagogique sur les rouages de l’investissement, les pièges à éviter et leur apportons un œil critique. Notre emplacement au cœur d’Uccle favorise notre relation avec les français vivant à Bruxelles dont certains sont nos clients.

Vous parlez de vos clients français, quelle est leur spécificité ?

De nombreux français arrivés en Belgique font appel à nous. La motivation des Français de Belgique est souvent uniquement financière et fiscale. Ils sont en demande d’un interlocuteur qui maîtrise les différences juridiques et fiscales afin de faciliter le transfert entre les deux pays. Les modes de gestion entre les deux pays sont également différents. En France, la gestion en ligne directs est encore très privilégiée alors que la fiscalité et l’étroitesse du marché belge favorisent les Sicav. Ce sont des éléments que les français souhaitent maîtriser. L’origine française du gérant de Family Office Bruxelles renforce la confiance pour ces clients, parfois en recherche de repères lorsqu’ils arrivent ici.